Alexis Brézet : «Il est important de nommer et d’identifier ceux qui nous combattent»

INTERVIEW – Alors que des voix s’élèvent pour réclamer l’anonymisation des terroristes dans les médias, Alexis Brézet, directeur des rédactions du Figaro, précise la politique éditoriale du groupe.

Après les attentats de Nice et de Saint-Etienne-du-Rouvray, de nombreuses voix se sont élevées, parmi les politiques et sur les réseaux sociaux, pour réclamer l’anonymisation des terroristes dans les médias. Ce mercredi, la chaîne d’information en continu BFMTV et le quotidien Le Monde ont décidé de ne plus publier les photos des auteurs d’attentats «pour éviter d’éventuels effets de glorification posthume». La Croix, ainsi que la radio Europe 1 ont de surcroît annoncé leur intention de ne pas rendre publique l’identité des terroristes. Le directeur des rédactions du Figaro, Alexis Brézet, livre la position de la rédaction.



LE FIGARO. – Quelle est la politique du Figaro concernant la publication des noms des terroristes?

ALEXIS BRÉZET. – Ce sont des sujets dont nous parlons souvent entre journalistes, mais à vrai dire, pour nous, au Figaro, la réponse va de soi. Le nom des terroristes est un élément d’information objectif essentiel pour comprendre ce qui se joue sur notre sol, et notre devoir est de le porter à la connaissance de nos lecteurs ou de nos internautes. Ne pas le faire, ce serait alimenter les fantasmes complotistes de tous ceux qui estiment que les médias «nous cachent la vérité». Bien sûr, cette information doit être juste et sa divulgation ne doit pas mettre en péril le bon déroulement de l’enquête, ce qui suppose qu’elle soit vérifiée auprès d’une source policière ou judiciaire.

Et en ce qui concerne les photos?

La question, dans ce cas-là, peut se poser. Il y a, c’est vrai, le risque de «glorification» des terroristes. Il y a aussi celui de choquer les lecteurs qui peuvent se sentir agressés par ces clichés. Mais, d’un autre côté, il s’agit là encore d’une information dont on voit mal au nom de quel principe nous devrions la dissimuler à nos lecteurs ou à nos internautes. Je crois que tout est affaire de mesure, de prudence et de bon sens. Publier dans nos pages, ou sur notre site, une photo neutre et discrète du terroriste, c’est nécessaire. L’afficher en une ou le présenter dans une pose flatteuse à visée de propagande, nous nous l’interdisons, comme nous nous interdisons de publier les clichés ou les vidéos diffusés par Daech. Mais l’information prime. Surtout, ne tombons pas dans le piège de ce monde imaginé par Orwell où les noms des «méchants» (où s’arrêtera la liste?) sont systématiquement effacés des livres d’histoire.

Comment jugez-vous ce débat?

Je ne juge pas plus nos confrères qui font leur une avec la photo d’un terroriste que ceux qui choisissent de ne rien publier du tout. Nous croyons cependant au Figaro que la juste attitude est entre les deux. Si l’on veut lutter contre ce mal absolu qu’est le terrorisme islamiste, nous devons d’abord collectivement nommer les choses, nommer les gens, et les montrer. Méfions-nous de la «psychiatrisation» du terrorisme: les séides de Daech ne sont ni des déséquilibrés ni des mégalomanes dont le rêve serait de voir leur portrait dans les pages du Figaro ou du Monde ! Ce sont des combattants qui poursuivent des objectifs idéologiques, politiques et religieux. Leurs potentiels épigones, qui ne s’informent pas dans les grands médias, ne rêvent
pas de célébrité mais du paradis d’Allah! En Syrie ou en Irak, leurs visages n’encombrent pas les journaux: ils n’en massacrent pas moins les chrétiens, les chiites ou les yazidis… «Il faut Comment jugez-vous ce débat?

Je ne juge pas plus nos confrères qui font leur une avec la photo d’un terroriste que ceux qui choisissent de ne rien publier du tout. Nous croyons cependant au Figaro que la juste attitude est entre les deux. Si l’on veut lutter contre ce mal absolu qu’est le terrorisme islamiste, nous devons d’abord collectivement nommer les choses, nommer les gens, et les montrer. Méfions- nous de la «psychiatrisation» du terrorisme: les séides de Daech ne sont ni des déséquilibrés ni des mégalomanes dont le rêve serait de voir leur portrait dans les pages du Figaro ou du Monde ! Ce sont des combattants qui poursuivent des objectifs idéologiques, politiques et religieux. Leurs potentiels épigones, qui ne s’informent pas dans les grands médias, ne rêvent pas de célébrité mais du paradis d’Allah! En Syrie ou en Irak, leurs visages n’encombrent pas les journaux: ils n’en massacrent pas moins les chrétiens, les chiites ou les yazidis… «Il faut toujours dire ce que l’on voit. Surtout, il faut toujours, ce qui est plus difficile, voir ce que l’on voit», a écrit Charles Péguy. Voir ce que l’on voit – et le dire: c’est l’essence même de notre métier de journaliste.

Yohan Blavignat